D comme #Disruption

D comme #Disruption

 valeursandco

Approche stratégique différenciante fondée sur la rupture.

L’anglicisme « disruption » recouvre a minima deux notions :

  • les technologies disruptives avec, par exemple :

la fabrication addictive ou impression 3D (prothèses, pièces de rechange dans les domaines de l’automobile ou de l’aéronautique, logements, …),

l’Internet des Objets (véhicule autonome, smart cities, gestion des énergies, …),

la nano-architecture, et bien d’autres illustrations : http://www.mckinsey.com/insights/business_technology/disruptive_technologies

  • les pratiques disruptives en ne retenant que l’ubérisation définie comme la proposition d’une solution, d’un service à valeur ajoutée, à coût contraint et utilisant le numérique.

valeursandco

« Si j’avais demandé aux gens ce qu’ils voulaient, ils m’auraient répondu des chevaux plus rapides. » Henry Ford

valeursandco

D

C comme Complexité

C comme #Complexité

valeursandco

Nous évoluons dans des environnements complexes, et les entreprises n’échappent évidemment pas au constat.

Une des traductions de la complexité dans le monde économique est sans doute la nécessité de répondre aux injonctions contradictoires, contradictions entre :

  • la recherche de la performance immédiate dans un environnement connu
  • l’objectif in fine de pérennité dans un monde incertain.

 

La complexité implique dès lors de développer au sein des organisations des compétences parfois opposées :

  • les expertises, les réflexes et les compétences métiers aux fins de reproduire, et reproduire vite et bien
  • la flexibilité, l’adaptabilité, l’ouverture dans le but d’innover, de penser autrement
valeursandco
« La pensée complexe aide à affronter l’erreur, l’illusion, l’incertitude et le risque. » Edgard Morin

C

B comme Bon Sens

B comme #BonSens

valeurs and co
Revenir aux fondamentaux et miser sur le bon sens à la fois propre et figuré :
  • penser expérience plus que théorie
  • penser solution plus que problème
  • penser client plus que procédure
  • penser demain plus qu’hier
  • penser entreprendre & innover plus que rechercher & développer.
 
« Le bon sens est l‘attention même,  orientée dans le sens de la vie, il est ce qui donne à l’action son caractère raisonnable et à la pensée son caractère pratique » (Bergson)
valeursandco
B

A comme #Agilité

A comme #Agilité

valeurs & co

a

« La prévision est difficile surtout lorsqu’elle concerne l’avenir. » Pierre DAC

L’environnement dans lequel nous évoluons est à complexité changeante et croissante – complexité au sens d’Edgar Morin ‘ce qui est tissé ensemble’, des éléments inextricables ou si peu.

Dans le langage courant, les mots « compliqué » et « complexe » se mêlent, se fondent. Et pourtant.

Notre monde n’est pas uniquement compliqué, il est viscéralement complexe.

Les paramètres à saisir sont multiples : la mondialisation, l’évolution des marchés et des comportements, la raréfaction des ressources énergétiques, l’hyperconnectivité des individus, l’accélération des disruptions technologiques ou d’usage …

L’incertitude se faufile à chaque instant ou presque. Bref, c’est le bazar, ni plus ni moins.

Quel intérêt à autant insister sur la différence entre la complication et la complexité ? Mais pour vous embêter, c’est absolument évident !

Non point, j’insiste parce que la différence est fondamentale.

A un système compliqué et par essence déterministe, nous chercherons à déplier, déplier encore, découper, simplifier, tayloriser, prévoir le prévisible.

A un système complexe et par essence incertain, nous tenterons de délier pour mieux relier, d’appréhender la transversalité, d’agiliser (sic) les structures, de dépasser l’imprévisible.

La différence, donc, est fondamentale dans la mesure où la méthode employée sera différente : taylorisme vs agilité.

L’agilité organisationnelle représente une capacité d’adaptation permanente de l’entreprise en réponse à un environnement caractérisé par la complexité, la turbulence et l’incertitude (Goldman, Nagel et Preiss 95).

Une structure agile est une organisation prompte à comprendre son environnement et à saisir les opportunités.

Elle est orientée clients, se nourrira de ses partenariats extérieurs et de ses collaborateurs.

Le sens donné au travail, la valorisation des compétences, le droit à l’erreur encouragent au quotidien la prise d’initiatives et la saisie de nouvelles opportunités. La démarche est permanente, favorisée et amplifiée par l’intelligence collective et les outils numériques.

L’agilité se mesure via quatre dimensions :

  • Les formalisation et déclinaison des orientations stratégiques
    • Diffusion des informations concernant l’entreprise en des termes compréhensibles par tous, mise en œuvre d’une veille, développement de la culture du changement …
  • La valorisation des ressources humaines
    • Individualisation des objectifs, évaluation des contributions individuelles au succès organisationnel, développement des compétences des salariés en vue des évolutions futures, pouvoir de prise de décision opérationnelle descendu le plus bas possible  …
  • Les coopérations interne et externe
    • Coopération organisée entre des personnes aux profils et aux compétences différents, renforcement des partenariats …
  • La relation client
    • Connaissance et prise en compte des besoins clients, ajout continuel de valeur ajoutée aux produits/services …

Donner du sens à votre organisation quel qu’en soit le modèle, adopter une posture agile en décloisonnant, et votre structure aura toutes les chances d’être pérenne.